historique

01084.jpg

Une des treize communes du district de Riviera - Pays-d’Enhaut, une des quatre du cercle de Corsier. Une commune qui coupe le Canton de Vaud, par son territoire qui va de la frontière au milieu du lac Léman, se faufile entre Saint-Saphorin-Lavaux et Puidoux d'un côté, Corseaux, Corsier et Jongny de l'autre, englobe tout le Mont-Pèlerin jusqu'aux confins des communes de Granges et d'Attalens en Veveyse fribourgeoise.

Lorsqu'on la regarde depuis le lac, on y voit son vignoble, avec les pieds dans l'eau, de Saint-Saphorin à Corseaux, jusqu'au village, jusqu'à la forêt, cordon boisé au-delà duquel on trouve la pente raide, enviée, convoitée par tous ceux qui rêvent d'y construire la maison de leur vie, face au sud, face aux montagnes de Savoie. Encore plus haut, c'est la pente douce, avec les prés qui s'étirent jusqu'au sommet du Mont-Pèlerin, culminant à 1081 m. Le philosophe vaudois Charles Secrétan écrivait dans les "Paysages vaudois", en 1895, à propos du Pèlerin : "le charme du Pèlerin vient de ce que ce n'est pas une vue, mais une succession de vues très variées, bien que séparées, dont quelques-unes n'ont pas un seul élément commun avec quelques autres. Et ce n'est pas seulement ces vues, c'est le sol où l'on pose les pieds qui vous réjouit. De petits déserts, une succession d'accidents toujours gracieux dont de fréquentes visites n'épuisent pas le nombre et qu'il serait impossible de décrire".

Oui, Chardonne c'est cela, mais c'est bien plus encore; il n'y a pas assez de mots pour le dire, il faut les yeux pour le voir.

Son histoire est longue, on parle de Cardona vers l'an 1000. Au XIIe siècle, on trouve le nom Chardonna. Elle fut propriété de l'Abbaye de Saint-Maurice, puis passa aux Blonay, à l'Abbaye de Haut-Crêt, aux Compey, puis enfin aux Gruyères. Les archives abritent des documents datant du XVIe siècle. Après avoir fait partie du patrimoine de l'Evêché de Lausanne jusqu'à la Réformation, Chardonne fut englobée dans la paroisse de Corsier, l'une des quatre paroisses de Lavaux sous le régime bernois. A cette époque, le village avait déjà une administration particulière. La commune, sous sa forme actuelle, a été constituée dans les années 1820.

On y trouve des noms célèbres, tels que le peintre Bosshard, les écrivains Robert Ingrim, Jacques Chardonne, dont une rue du village porte le nom, Simone Cuendet et combien d'autres. Tous sont venus y chercher une source nouvelle, inspiratrice, généreuse et créatrice.

Cette commune au territoire varié, vaste et généreux, trouve et prouve sa grande vitalité au travers de secteurs solides : l'agriculture,  le tourisme,  la viticulture.